Conseil emploi 32 : la plateforme dédiée aux employeurs de main D’ŒUVRE


Rentrée syndicale 2017

Le 20 septembre 2017,

 Rentrée syndicale de la FDSEA du Gers

 
Mercredi 20 septembre Christian Cardona et Francis Villemur (Secrétaire Général adjoint de la FDSEA) ont reçu la presse à l'occasion d'une conférence de presse de rentrée syndicale. Quatre journaux et radios étaient présents : La Dépêche, Le Journal du Gers, RFM et Hit FM.
Le Président et le SG adjoint ont abordé les différents sujets syndicaux majeurs qui rythment cette rentrée syndicale et annoncé les positions de la FDSEA du Gers :

1) Pour une PAC forte, claire et au service de toutes les agricultures
 
Nous exigeons :
  • Que tout leur dû soit payé aux agriculteurs (retards de paiements, MAEC...)
  • Qu’une réelle simplification de la PAC soit mise en œuvre
2) Pour le maintien du Gers en Zone Défavorisée : un enjeu pour l’équilibre de la ruralité
 
Nous nous battons :
  • Pour que les 52 communes encore exclues soient classées dans leur intégralité en zone défavorisé
  • Pour ne pas créer d’inégalité entre nos éleveurs gersois en sacrifiant certaines communes
3) Pour une sortie de crise influenza aviaire responsable 
 
Nous exigeons :
  • Que les dossiers liés à la première crise d’influenza aviaire soient régularisés au plus vite soit 211 dossiers sur 394, en filière palmipède
  • Que les avances en filière gallus liées à la deuxième crise d’influenza aviaire soient traitées, pour l’instant 142 dossiers ont été déposé, et aucun n’a été payé
  • Qu’il y est une prise en compte des pertes de productions liées aux conditions de reprise après le 29 mai
4) Pour un usage concerté des ressources en eau

Nous demandons :
  • Que soit pris en compte le travail de la profession sur la cartographie des cours d’eau
  • Que soit simplifié le protocole administratif de création de retenue d’eau
5) Concernant l'interdiction d’utilisation du glyphosate : un choix préjudiciable pour l’agriculture gersoise

Nous condamnons :
  • Que le gouvernement s’oppose arbitrairement à l’utilisation du glyphosate alors qu’aucune solution alternative n’existe.

Les agriculteurs ont besoin d’une action politique concrète, forte et ambitieuse, sans quoi c’est tout un métier mais également tout un territoire qui est menacé. Le Gers est l’un des départements les plus ruraux de France. Affaiblir son agriculture, c’est affaiblir toute son économie et de facto son tissu social.
 
Annonces vagues, dédouanement sous couvert de décisions européennes ou de changement de majorité ne sont plus envisageables, quel que soit le sujet. Les agriculteurs ont prouvé à maintes reprises leur résilience et leur agilité face aux crises comme aux évolutions de la société. Mais pour cela ils doivent être considérés, entendus et surtout écoutés.